230kAbonnés
10kAbonnés
11kFollowers

Comment Partir Là-Bas et La Petite Sirène ont sauvé Disney ?

Fées, sorcières, enchanteurs.  Les êtres magiques peuplent les films d’animation chez Disney, apportant leur lot de rêve et de magie dans les histoires.

En 1989, c’est une sirène aux aspirations de terrienne qui vient sauver les Studios.  Elle nous chante son envie de connaître le monde terrestre dans Partir là-bas.

partir là-bas la petite sirène chanson

Sauvetage des Studios

Partir là-bas est une chanson mythique intéressante à plus d’un titre.  Interprétée par une créature légendaire et surnaturelle qui raconte ses rêves, nous apprendrons à comprendre les envies de la jeune sirène mais surtout nous assistons au sauvetage des Studios Disney.

image 23

En effet, nous sommes dans les années ’80 et Disney va mal.  Très mal.  Les Studios sont au bord de la faillite.   Celui qui a donné son âme à la Compagnie Disney, c’est Walt lui-même.  Son décès, en 1966, va plonger les Studios dans une détresse immense.  Dans les premières années, les productions en cours vont permettre de garder la tête hors de l’eau mais dès les années ’70, le déclin s’amorce.  L’échec cuisant de Taram et le Chaudron Magique incite alors la direction à réagir et leur choix se porte sur La Petite Sirène.  C’est ce qui relancera le succès avec le début de ce que l’on appellera le Deuxième Âge d’Or.

Un duo pour les chansons

Quand Ron Clements reprend, en 1985, l’idée de Walt d’adapter le conte d’Andersen et commence à travailler l’histoire avec John Musker, il semble évident qu’il faut en faire une comédie musicale. 

image 24

L’année suivante, leur choix se porte sur le compositeur cultissime de La Petite Boutique des Horreurs, Alan MenkenHoward Ashman se chargera des paroles.  Le duo va alors se tourner vers l’écriture de thèmes classiques que l’on connaissait dans les succès Disney, mais il va les dépoussiérer et apporter au projet comme un air de « Broadway » qui contribuera au succès.

Changement d’orientation

Partir là-bas est la deuxième chanson du film mais la première composée.  Initialement, les réalisateurs Clements et Musker avait demandé qu’Ariel chante ses sentiments romantiques pour le prince Eric devant une statue du personnage.  Mais Ashman, influencé par le théâtre musical de Brodway, n’est pas convaincu.  Il estime qu’à cet instant, une chanson, qu’il appelle de type « I want », serait plus intéressante pour l’histoire du film.  Le personnage y exprimerait sa fascination pour le monde humain.  Ariel nous raconterait ainsi ses aspirations, une sorte de destin qui s’accomplirait finalement.

image 25

Partir Là-Bas : Un retour aux sources

Il s’agit là d’une innovation d’Ashman.  Alan Menken estime effectivement que Part of Your World (c’est le titre original) est la première chanson I Want en ce sens qu’elle annonce le destin que la jeune fille verra se réaliser.

image 26

Toutefois, ce n’est pas la première fois qu’une Princesse Disney nous chante ses rêves.  Comme lorsque Blanche-Neige rêve au Prince Charmant dans « Un jour mon Prince viendra » ou quand Cendrillon raconte son Tendre Rêve.  Et la Belle au Bois Dormant ne chante-t-elle pas « Mon amour- Je t’ai vu au beau milieu d’un rêve ».

En proposant la chanson de la Petite Sirène, Ashman revient finalement aux sources des premiers Disney.

Des réalisateurs enchantés

Il fallait alors convaincre convaincre les réalisateurs de ce changement de direction.  Ashman convie Clements et Musker dans son appartement de Greenwich Villageà Manhattan.  Menken se met au piano et Ashman interprète le rôle d’Ariel, les yeux levés vers le plafond.

Et le pari est gagnant.  Musker est ému aux larmes.  Il expliquera plus tard combien il avait eu la sensation qu’Ashman « devenait Ariel sous nos yeux » tant il « déversait son cœur dans la chanson ».  La chanson traduisait exactement les sentiments de cette petite sirène à cet instant. 

Refus du directeur

Les deux réalisateurs sont convaincus mais il fallait encore avoir l’accord du directeur de Disney, Jeffrey Katzenberg.

Howard Ashman sait qu’il a pris un énorme pari en se tournant vers un format de ballade.  Au fil des années, le jeune public a changé et un air de romance risque de lasser les bambins.  Pour garder leur attention, il va introduire tout une série d’objets du monde terrestre que la jeune sirène a trouvé dans les épaves échouées au fond de l’océan et qu’elle tient secrets dans une grotte.

image 27

Arrive le moment de la première projection devant un public d’enfants.  Pendant qu’Ariel chante son envie de rejoindre le monde humain, les enfants commencent à s’agiter en tous sens.  Visiblement les bambins ne trouvaient rien d’intéressant dans la chanson et ils n’écoutent plus !

Réaction de Katzenberg : Il faut retirer cette chanson qui ne fait que ralentir le film !  

Sauvetage de la chanson

Presque toute l’équipe la défend et proteste contre la décision de Katzenberg.  Le sauvetage est en cours mais c’est Howard Ashman qui apportera la solution.  Le parolier est un véritable visionnaire et il connaît le potentiel de cette chanson en tant que véritable appui pour l’histoire.  Il aurait alors déclaré, comme un ultimatum, qu’il faudrait marcher sur son cadavre pour retirer cette chanson du projet !  Il est sûr qu’elle est essentielle pour que le public s’identifie à la sirène.

image 28

Clements et Musker rappellent aussi les origines des Princesses Disney.  Blanche-Neige qui rêve de son père.  Katzenberg accepte alors de la laisser jusqu’à la prochaine présentation d’une version presque finalisée.  

La séquence est retravaillée en insérant l’intervention silencieuse de Sebastian à travers ses mimiques.  Et ça marche !  Les enfants apprécient le moment et les plus âgé essuie une larme d’émotion.  A la fin de la projection, c’est un flot d’applaudissement qui salue la scène.

Plus tard Katzenberg admettra qu’il aurait été bien dommage de se priver de « Part of Your World ».  Et il a remercié ceux qui ont fait de la résistance !

image 29

Des critiques positives mais pas de récompense

Dès la sortie, « Part of Your World » a été acclamé par l’ensemble de la critique, cinéma et musique.  Certains iront jusqu’à dire que beaucoup de comédies musicales qui font le succès de Broadway aurait bien de la chance de posséder une chanson de cette qualité !

« Magnifique ballade », « à couper le souffle », « positivement charmante » sont autant véritables louanges que l’on entend à son égard.

image 30

Mais quand le film sort en 1989, Disney ne s’attend pas à son triomphe ni au succès de la bande originale.  Quant à Partir Là-Bas, elle se retrouve éclipsée par Sous l’Océan et Embrasse-la, deux autres chansons du film qui, elles, seront nommées aux Oscars et Sous l’Océan l’emportera.  Part of Your World ne sera pas citée, ce que certains considère comme une honte.  

Ce manque de reconnaissance est en effet particulièrement étonnant quand on considère que cette ballade va ouvrir la voie aux chansons de type « I Want » qui seront un élément standard des futurs films musicaux d’animation.

On peut même affirmer que cette chanson, devenue un classique Disney, est même la responsable de l’entrée des Studios dans une ère Disney’Broadway.

image 31

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Première visite ? Voici quelques conseils

Écouter DLRP

Site non-officiel et non affilié à la Walt Disney Company. Les droits des images et musiques appartiennent à leurs auteurs respectifs.

  • https://radio.ready2play.fr:1340/stream
  • DLRP